Adèle, la dernière élève du Dr Salmanov

Une rencontre surprise

A l’automne 2015, j’ai eu la surprise de recevoir un coup de téléphone d’une très vieille dame de 94 ans, médecin de son état, qui voulait que je monte à Paris pour la voir.

C’était  Adèle D. , la dernière élève du professeur Alexandre Salmanov.

C’est ainsi que je me suis retrouvée, entre Noël et Jour de l’An, devant un bel immeuble près des Champs Elysées pour rencontrer et travailler pendant quelques heures sur le livre « Secrets et sagesse du corps » avec Mme D. Elle m’avait demandé d’arriver après sa sieste de l’après-midi, sieste que tout le monde, selon elle, devrait s’accorder après le déjeuner, même si elle ne dure qu’un quart d’heure, pour l’énergie qu’elle procure.

 

Qui est Adèle D. ?

J’entre dans un hall bibliothèque aux boiseries dorées, ensuite dans un salon où se trouve son bureau, débordant de papiers. Adèle D. a quelques difficultés à se déplacer mais un grand sourire, des yeux vifs et malicieux et un cerveau fonctionnant à plein régime.

Devant une tasse de thé et un gâteau, nous faisons connaissance et nous nous trouvons plein de points communs : une connaissance de l’Afrique et du désert, cinq enfants l’une et l’autre, des opinions sur le monde et l’avenir très semblables.  Elle me confie qu’elle conduit encore et que ses sorties dans les parcs environnants lui sont indispensables. Marcher au milieu des arbres la conserve en bonne santé.

Adèle D. est devenue médecin quand son époux est arrivé à la retraite et elle a eu le bonheur de passer quatre ans aux côtés du professeur Salmanov dans sa clinique à Paris. Ayant été immobilisée à cause d’un accident,  elle lui a servi de secrétaire pour écrire son dernier livre, « Les mille chemins de la guérison ».

 

Le partage de son expérience

Durant les deux jours passés ensemble, elle m’explique l’auscultation d’un patient par le professeur qui durait deux heures ainsi que l’analyse d’urines très complète qu’il demandait. Il disait que « les radios et autres analyses ne devaient être là que pour infirmer ou confirmer le diagnostic du médecin ».

Nous avons passés en revue tous les moyens thérapeutiques qu’il utilisait : la diète, les différents bains, les enveloppements, les sangsues entre autres. Tout en commentant chacun de ces moyens par des explications et exemples, nous revoyons toutes les deux lesquels sont encore à inclure dans le livre « Secrets et sagesse du corps ».

Je la quitte en début de soirée car elle commence à être fatiguée tout en la remerciant vivement de toutes ces informations qu’elle a bien voulu nous transmettre et en nous promettant de nous revoir, peut être même en Touraine.

 

Une transmission de savoir

Nicolas Halpert, lors de ces journées de formation à travers la France, relaiera la transmission de tout ce savoir aux participants.

 

Béatrice,
spécialiste technologie et professionnel chez Valemis